Connect with us

Published

on

Le clown est l’un des personnages les plus connus et appréciés des enfants, et même chez les grands. Il faut dire qu’ils sont présents à toutes les festivités : fêtes scolaires, anniversaires, visites à l’hôpital… De plus, pas toujours besoin de faire appel à un professionnels pour amuser les petits, on peut en effet revêtir le costume soi-même. Petit guide pour se transformer en le clown le plus drôle et réussi du monde !

Les accessoires nécessaires pour un déguisement magique

Pour devenir le clown parfait, le costume et les accessoires sont incontournables. Parmi les indispensables, on peut citer :

  • Le nez de clown qui est essentiel pour apporter une touche comique, mais également pour impressionner les spectateurs et attirer leur regard. A noter qu’il existe plusieurs types de nez : nez rouge sonore (pour plus de spectacle), nez de clown avec élastique (pour plus de confort)… et pleins d’autres encore !
  • Les nœuds qui, imprimés, rayures ou tout en rouge, agrémentent toujours la tenue. On peut aussi créer son propre nœud à la maison pour ne pas trop dépenser.
  • Les grandes chaussures qui font du clown, le clown ! Elles sont incontournables pour rendre l’aspect du personnage encore plus drôle.

Et sans oublier les gants, les coiffures loufoques et bien sûr le maquillage !

Astuces pour réussir son maquillage de clown

Pour un maquillage de clown réussi, toutes les extravagances sont permises ! D’ailleurs, la combinaison de plusieurs couleurs vives est une excellente idée. Voici quelques astuces pour avoir un visage de clown parfait :

  • Appliquer du fard blanc, base du maquillage du clown sur tout le visage. L’idéal est d’opter pour un fard sans parabène pour éviter les allergies cutanées.
  • Tracer ensuite la partie verticale au milieu du nez ainsi que l’arche sur les yeux à l’aide d’un maquillage noir.
  • Dessiner la bouche du clown en traçant un long trait en rouge, puis colorier cette zone avec un maquillage rouge.
  • Ensuite, il ne faut pas surtout oublier de mettre du rouge sur les joues et le nez. Pour ce faire, il suffit d’utiliser une petite éponge et pomponner légèrement les zones à colorer.
  • Enfin, la partie irrégulière sur le visage doit être bien colorée avec l’utilisation d’une houppette à poudre.

Et pour un maquillage encore plus drôle et réussi, il est parfaitement possible de mélanger  des couleurs différentes selon le choix !

Les matériels et accessoires incontournables pour être un vrai clown !

Le costume et le maquillage ne suffisent pas pour entrer dans la peau d’un vrai clown ! Il faut également s’équiper, car le clown parfait ne s’en sépare jamais. On peut notamment citer : la paire de bretelles, l’éventail, la trompette, les boutons loufoques et sans oublier le nœud papillon géant multicolore ! Et bien sûr on peut également accompagner ses numéros de pitrerie avec des parties de jonglage par exemple. Tout ça au son d’une bonne musique (de préférence en accord avec le thème du spectacle), qui apportera une merveilleuse ambiance à l’animation. Et c’est encore mieux quand on fait les fous à 2 ! Les enfants seront plus que ravis d’assister aux spectacles qui les feront s’écrouler de rire.

Connu et adoré de tous, le clown fait un tabac partout où il va ! Et maintenant qu’on a toutes les cartes en mains pour endosser parfaitement le costume d’un clown à la perfection, il est maintenant temps d’inventer des numéros à mourir de rire !

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Art & Culture

Un peu d’histoire des chaussures Nike Air Force 1

L’Air Force 1 est l’une des baskets les plus emblématiques que Nike ait jamais produites. Lancée en 82 sous le nom d'”Air Force”, la basket est passée du stade de la performance à celui de la rue, s’est fait connaître à l’échelle internationale et est devenue un phénomène culturel.

Published

on

By

L’Air Force 1 est l’une des baskets les plus emblématiques que Nike ait jamais produites. Lancée en 82 sous le nom d'”Air Force”, la basket est passée du stade de la performance à celui de la rue, s’est fait connaître à l’échelle internationale et est devenue un phénomène culturel. Elle a connu plus de 2 000 variations depuis sa sortie, mais, étonnamment, très peu a changé avec la basket elle-même au cours des 36 dernières années.

Comment l’Air Force 1 est-elle devenue si importante ?

La sneak a été conçue par Bruce Kilgore (entendu parler de lui ?) qui a commencé sa carrière chez Nike comme l’un des nombreux concepteurs de produits. Au début des années 80, Kilgore a été chargé de créer une nouvelle silhouette de basket, et dans sa première tentative de sneak, il a réussi à créer l’Air Force 1 ! La chance du débutant ? Certainement pas ! Kilgore a ensuite créé de nombreux autres silos remarquables, notamment l’Air Jordan III.

Inspiré par la chaussure de randonnée Approach de Nike, Kilgore a coupé le haut de l’Air Force 1 pour donner à la sneak le support d’un haut traditionnel, tout en apportant une flexibilité supplémentaire. Kilgore a été le pionnier de la semelle extérieure circulaire pour permettre aux joueurs de basket de dominer le terrain avec une adhérence supérieure. Une des premières conceptions du coup de pied a trouvé son chemin chez Tinker Hatfield (futur légendaire créateur de chaussures) qui a été si impressionné par le design de niveau supérieur que cela a stimulé son intérêt pour la conception de baskets. Ainsi, sans l’Air Force 1, Hatfield n’aurait peut-être jamais créé certaines des silhouettes les plus emblématiques de Nike… pour tout dire.

Prêt pour le décollage

Lorsque la basket a été lancée en 1982 dans son design original haut de gamme, elle a été accompagnée d’une campagne de marketing très efficace. Six des plus grandes stars de la NBA : Moses Malone, Michael Cooper, Jamaal Wilkes, Bobby Jones, Mychal Thompson et Calvin Natt ont été recrutés pour un tournage devenu emblématique, où les joueurs portaient des costumes blancs sur une piste d’atterrissage d’avion – ballin’ ! Pour le 25e anniversaire de l’Air Force 1 en 2007, le tournage a été recréé avec les dernières stars de la NBA : Lebron James, Steve Nash, Paul Pierce, Rasheed Wallace, Chris Paul et Kobe Bryant. Les six stars originales ont reçu des sneakers air force one personnalisées aux couleurs de leur équipe, un précurseur de la basket moderne exclusive aux joueurs !

En 1983, la Air Force 1 Low a fait ses débuts en tant qu’alternative occasionnelle au haut de gamme, très performant. L’intérêt s’étant accru, trois propriétaires de magasins de baskets de Baltimore ont rencontré Nike pour discuter de la possibilité de produire des Air Force 1 exclusives pour leurs magasins. Une initiative audacieuse, mais qui a fonctionné ! Cela a marqué la naissance de la sneaker collaborative et des drops en édition limitée ; avec des coups de pied exclusifs à travers l’Amérique, Air Force 1 est devenu un must !

L’AF 1 a été abandonnée en 1984, mais comme la basket était la nouveauté la plus récente, les gens en voulaient plus ! Les Sneakerheads ont commencé à personnaliser les leurs afin de créer de nouvelles exclusivités et de nouvelles éditions uniques, même si elles n’étaient pas officielles. La demande pour les sneakers est devenue si importante que Nike a fini par céder et a ramené les baskets en 86 (le système fonctionne !), et pour la toute première fois, une sneaker a été rétrogradée.

Que signifie l’Air Force 1 pour le hip-hop ?

C’est à la fin des années 90 que l’Air Force 1 est devenue une véritable icône. La basket était idolâtrée dans les zones urbaines comme New York où la chaussure était le symbole de l’arnaqueur de tous les jours – elle a même reçu le surnom de “Uptowns”. Ainsi, lorsque certaines personnes trouvaient le succès dans leur arnaque, disons, je ne sais pas…Jay-Z, l’Air Force 1 trouvait le succès avec elles. À la fin des années 90 et au début des années 2000, les plus grands noms du hip-hop ne cessaient de lui donner un nom. Jay-Z, Cam’ron et Nelly ont tous laissé des traces qui ont fait de ce groupe ce qu’il est aujourd’hui. Le titre de Nelly, Air Force Ones, a même popularisé la tendance “wear them once”.

Nike est à l’origine de l’adoption du hip-hop et a lancé de nombreuses collapses de haut niveau au cours des années 2000. 2004 a vu la sortie du Roc-A-Fella (une reprise à guichet fermé @JD) et de “The Black Album” Air Force 1’s en collaboration avec Hov, avec des titres tels que Fat Joe et Young Jeezy qui nous ont fait vibrer peu après. Alors que la culture rap continue à prendre de l’ampleur, Air Force 1 fait de même !

Continue Reading

Art & Culture

Le phénomène sneakers à l’heure des collaborations

Published

on

By

Ne nous dites pas que vous n’avez jamais entendu parler des sneakers. Pas à nous. Le phénomène qui pour rappel a émergé dans les années 80 est désormais bien trop populaire pour que le simple acheteur de baskets que vous êtes n’ait pas été interpelé par la grande diversification des modèles proposés par les marques et le prix ahurissant de certains d’entre eux, notamment à la revente. Car oui, il arrive de plus en plus fréquemment que ces chaussures initialement conçues pour le sport se revendent sur des sites spécialisés tels que StockX, parfois à prix d’or comme c’est le cas pour les Air Jordan les plus rares et plus encore pour les paires imaginées dans le cadre de collaborations avec des artistes influents issus d’horizons divers et variés.

Des années 80 à aujourd’hui, pourquoi et comment les collaborations font-elles les beaux jours des marques de sport ?

Conformément à ce que nous expliquions en introduction, le phénomène sneakers est né dans les années 80. C’est à cette époque si riche culturellement que Michael Jordan a fait ses grands débuts en NBA. C’était en 1984, avec le maillot des Chicago Bulls et une paire de baskets Nike imaginée rien que pour lui par le designer Peter Moore. Cette paire, c’est la Air Jordan 1. Pour assurer sa promotion, le célèbre équipementier américain l’a victimisée dans un spot publicitaire en affirmant qu’elle avait beau avoir été bannie par la NBA à cause des couleurs irrespectueuses de son règlement, elle n’en demeurait pas moins une icône que tous les fans du joueur, de basketball et de sneakers étaient en droit de s’offrir. Sauf qu’en réalité, la silhouette incriminée par la NBA était la Nike Air Ship. Qu’à cela ne tienne, la popularité de la Jordan 1 a dès lors explosé.

Un autre évènement survenu quant à lui en 1986 a amplement contribué à la démocratisation des sneakers. Il s’agit de la signature du contrat historique entre adidas et les rappeurs du groupe Run-DMC. Pour la petite histoire, ces derniers avaient l’habitude de revêtir la adidas Superstar sans lacets, languette relevée, aussi bien en ville que pendant leurs concerts, ce qui a poussé la firme allemande à assister à l’une de leurs représentations pour finalement leur proposer d’associer leur image à celle de sa marque. Les sneakers, incarnées par la Superstar et la Stan Smith, sont alors entrées dans une nouvelle dimension, plus artistique, qu’adidas et l’ensemble de ses concurrents ont à cœur de pérenniser pour assurer la longévité de leurs baskets classiques tout en soignant leur notoriété. Avec du recul, on peut légitimement considérer cet évènement comme l’une des premières collaborations telles que nous les connaissons aujourd’hui.

Zoom sur les collaborations sneakers les plus en vue du moment

Quand on parle de collaborations sneakers, on ne peut s’empêcher de penser à Nike en premier. Le géant américain en compte une multitude à son actif, avec quelques-unes qui resteront à jamais dans les annales. Citons par exemples les premières Air Max façonnées par l’artiste hollandais Parra. Plus récemment, la firme de Beaverton a confié les clés de ses ateliers de création à Virgil Abloh, l’ancien bras droit de Kanye West et fondateur du label Off-White. C’est d’ailleurs sous l’égide de ce label que l’actuel directeur de la collection homme de Louis Vuitton a signé ses plus belles réalisations pour la marque au Swoosh et sa filiale Jordan. A l’heure où nous écrivons cet article, une Off-White x Air Jordan 4 ‘’Sail’’ est d’ailleurs sur le point de voir le jour. Nous nous devons également d’évoquer la Air Max 1/97 de Sean Wotherspoon. Le sneakers addict californien qui a notamment créé l’enseigne Round Two a rendu l’un des plus beaux hommages aux racines de l’équipementier en appliquant sur sa basket hybride une finition inspirée des fameuses casquettes Nike en velours des années 70 et 80. Ce travail collaboratif d’exception lui a ouvert les portes d’autres grands noms de la scène sportswear, à l’image d’adidas et d’ASICS pour lequel il a parachevé une version de la GEL-Lyte 3 qui continue de défrayer la chronique. On pourrait aussi passer des heures à vous parler de Chitose Abe, la fondatrice et directrice artistique de Sacai, ou encore de Travis Scott et de shops de référence tels qu’atmos et SUPREME. Mais il faut savoir que Nike n’a pas le monopole des collaborations. Au contraire, son éternel rival allemand adidas lui a substitué Kanye West en 2013 avec l’espoir de légitimer ses Yeezy auprès du grand public. Et le moins que l’on puisse dire est que le rappeur originaire de Chicago est sur le point de réussir ce pari fou haut la main.

Continue Reading

Art & Culture

L’Armée du Salut pour les nuls

Published

on

By

Dans l’East End de Londres, le prédicateur William Booth et sa femme Catherine créent la Christian Mission, connue plus tard sous le nom d’Armée du Salut. Déterminé à faire la guerre contre les maux de la pauvreté et de l’indifférence religieuse avec efficacité militaire, Booth a modelé sa secte Méthodiste sur l’armée britannique, qualifiant les ministres en uniforme d'”officiers” et les nouveaux membres de “recrues”.

La Christian Mission, dans laquelle les femmes sont placées au même rang que les hommes, lance des “campagnes” dans les quartiers les plus délaissés de Londres. Les soupes populaires ont été les premières d’une longue série de projets divers destinés à apporter une assistance physique et spirituelle aux plus démunis. Dans les premières années, beaucoup de personnes en Grande-Bretagne critiquaient la Mission chrétienne et ses tactiques, et les membres étaient souvent soumis à des amendes et à des peines d’emprisonnement en tant que briseurs de paix.

En 1878, l’organisation a été rebaptisée Armée du Salut, et deux ans plus tard, la première branche américaine a ouvert en Pennsylvanie. Pendant la Grande Dépression, l’Armée du Salut a fourni nourriture et logement à ceux qui étaient dans le besoin, et pendant les deux guerres mondiales, elle s’est distinguée par son travail avec les forces armées. Elle s’est alors fait connaître comme une importante organisation caritative internationale.

Aujourd’hui, l’Armée du Salut, toujours basée à Londres, possède des branches dans plus de 75 pays. L’Armée gère des centres évangéliques, des hôpitaux, des services d’urgence et de catastrophe, des programmes de réhabilitation pour les alcooliques et les toxicomanes, des centres communautaires, des centres de travail social, des magasins d’occasion et des installations de loisirs. L’organisation est financée par des contributions volontaires et les bénéfices de la vente de ses publications.

De nombreuses personnes travaillent à l’Armée du Salut, Sylvie Laroche Armee du Salut en fait partie. L’Armée du Salut s’engage avec passion à éradiquer la pauvreté et à s’occuper des personnes en difficulté. L’Armée du Salut s’efforce de lutter contre le fléau déshumanisant de la pauvreté et de l’injustice et d’éduquer le public sur ce que signifie vivre dans la pauvreté – et sur ce qu’il peut faire pour aider.

L’Armee du Salut est une organisation chrétienne internationale qui a commencé son travail au Canada en 1882 et qui s’est développée pour devenir le plus grand fournisseur direct de services sociaux non gouvernementaux du pays. L’Armée du Salut apporte espoir et soutien aux personnes vulnérables aujourd’hui et chaque jour dans 400 communautés au Canada et dans plus de 125 pays dans le monde. L’Armée du Salut offre une aide pratique aux enfants et aux familles, en s’occupant souvent des besoins fondamentaux de la vie, en fournissant un abri aux sans-abri et en réhabilitant les personnes qui ont perdu le contrôle de leur vie à cause d’une dépendance.

Continue Reading

A la une