Voyage & Dépaysement

La Nouvelle-Zélande : en apprendre plus sur l’histoire et la culture maorie

Published

on

Lorsque la Nouvelle-Zélande est évoquée, la première image qui traverse souvent l’esprit est un peuple indigène tatoué jusqu’au front en tenue traditionnelle… ou pour certains la fameuse danse de Haka des rugbymen néo-zélandais. Quoi qu’il en soit, on parle toujours des Maoris ! C’est bien vrai, on ne peut pas parler de la Nouvelle-Zélande sans évoquer ce peuple tribal attaché viscéralement à sa terre et à ses traditions. Les Maoris sont profondément rattachés à l’histoire et à la culture de la Nouvelle-Zélande. Il serait donc dommage de ne pas rencontrer cette population vivante durant votre voyage sur le pays et en apprendre davantage sur son histoire et culture.

Les Maoris d’aujourd’hui : qui sont-ils ?

Le peuple maori est probablement l’un des plus beaux trésors que la Nouvelle-Zélande n’a jamais eus. Un voyage sur le territoire néo-zélandais ne sera donc pas complet sans découvrir la culture et l’histoire de cette population indigène, qu’il s’agisse d’un séjour organisé par une agence de voyages comme Nouvelle-Zélande Marco Vasco ou d’un voyage sous le signe de l’aventure. Mais, qui sont plus exactement ces gens ?

Avant l’arrivée des Européens dans le pays, la Nouvelle-Zélande était déjà occupée par des peuples autochtones : les Maoris. Ce sont les premiers occupants du territoire néo-zélandais. Leur histoire remonte il y a plus de 1000 ans de cela. D’après la légende, le peuple maori est arrivé sur cette terre aux alentours du 9e siècle depuis leur terre natale polynésienne de Hawaiki. À cette époque, ils ont nommé cette terre « Aotearoa », signifiant « La terre du grand nuage blanc ».

Les Européens ne sont arrivés sur le territoire qu’en 1642, l’année où le grand navigateur hollandais Abel Tasman atteint Aotearoa. Un siècle plus tard, c’est au tour de James Cook d’occuper le territoire, puis le capitaine William Hobson en 1840. C’est ce dernier qui a fait signer aux chefs maoris le traité de Waitangi, obligeant ces derniers à céder la souveraineté à la Reine Victoria en contrepartie de leurs terres. Aujourd’hui, 14 % de la population néo-zélandaise sont des Maoris.

La culture maorie : une partie intégrante de la vie néo-zélandaise

Les Maoris possèdent une culture riche et variée. Les coutumes et traditions font encore aujourd’hui partie intégrante de leur vie. C’est la première chose qui les rattache à leurs ancêtres. Chants, danses traditionnelles, sculptures, tatouages, festivités… les Maoris montrent leur culture de différentes manières.

Les waiata ou les chants et les danses font partie intégrante de la culture de ce peuple tribal. Aujourd’hui encore, de nombreux chants traditionnels sont chantés en Nouvelle-Zélande, comme le Karanga, le chant des femmes dans les rituels d’accueil. Il y a aussi le fameux Haka, rendu célèbre par l’équipe nationale des All Blacks qui l’honore avant chaque match. Le Haka, appelé par certains « la danse guerrière », est en réalité un nom générique désignant toutes les danses maories. Celle des rugbymen nationaux en fait partie.

La culture maorie se manifeste aussi à travers l’artisanat. Ces gens sont aussi connus pour leur talent dans le tissage et la sculpture du bois, de la pierre de jade… cela se traduit souvent à travers des armes, des canoës, des instruments de musique, etc. Ce n’est pas tout ! Le tatouage, Ta Moko en Maori, fait aussi partie de la culture de ce peuple. Contrairement aux Occidentaux, le tatouage a une signification particulière pour les Maoris. Il marque les épreuves de leur vie et de leur histoire et détermine leur statut.

Click to comment

A la une

Quitter la version mobile