Connect with us

Santé

Tout savoir sur la péridurale

Published

on

tout savoir sur la péridurale

La péridurale est une technique d’anesthésie locorégionale. Elle consiste à injecter un produit anesthésiant dans le bas de la colonne vertébrale, là où il n’y a plus de moelle épinière. De ce fait, la partie inférieure du corps est endormie.

Bien que la péridurale soit associée à l’accouchement, certaines opérations chirurgicales du bas abdomen utilisent également ce mode d’anesthésie. Toutes les femmes enceintes peuvent choisir ou refuser la péridurale pour leur accouchement.

C’est au moment de la consultation avec le médecin anesthésiste, que la question sera abordée.

Des risques contrôlés

Les futures mamans se posent des questions sur les risques d’une péridurale. Nous savons qu’une péridurale bien faite ne peut pas entraîner de paralysie, puisque le point d’injection se situe à distance de la moelle épinière. Le risque infectieux est un risque inhérent à toute intervention, mais totalement contrôlé par des procédures d’asepsies rigoureuses.

La péridurale est administrée après que le travail est commencé, à partir d’une dilatation de 3 cm à 5 cm du col de l’utérus. Le soulagement est rapide. La péridurale sera impossible en cas fièvre, de troubles de la coagulation sanguine, d’infection cutanée ou de tatouage au point d’injection.

guide péridurale

Bienfaits et bénéfices pour toute la famille

Le bénéfice évident est bien entendu la gestion de la douleur pendant l’accouchement. Grâce à cette méthode de l’accouchement sans douleur optimisé dans les années 1980, la délivrance est devenue moins douloureuse et moins fatigante pour les femmes. Elles sont plus détendues et moins anxieuses.

Cela facilite le travail et le passage du fœtus dans le col de l’utérus. Les jeunes mères se remettent plus rapidement d’une naissance sans douleur. Elles sont plus vite disponibles pour leur bébé et leur famille. Elles récupèrent rapidement, ne restant que 3 à 5 jours à la maternité.

Deux témoignages de jeunes parents

Lorsque l’on interroge les toutes jeunes mères, deux problèmes sont soulevés. Agnès, jeune maman nous explique : tout le bas de mon corps était endormi. Certes, je n’avais plus mal, et j’étais tellement reconnaissante que j’aurais bien embrassé l’anesthésiste.

Mais j’ai perdu toutes mes sensations du bas du corps. J’avais du mal à ressentir les contractions et à gérer l’effort de la poussée. Le point de vue de Jean-Marc, un tout jeune papa : je n’aurais pas pu rentrer dans une salle d’accouchement et voir ma compagne souffrir et crier. Je savais qu’avec la péridurale, elle serait soulagée, j’ai partagé avec elle, le plus beau moment de ma vie.

Continue Reading
Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Santé

Comparatif entre la greffe de cheveux en Turquie et en France

Published

on

By

Comparatif entre la greffe de cheveux en Turquie et en France

Pour beaucoup de français désireux de se faire implanter des cheveux dans le cuir chevelure, cette même question revient toujours : où s’offrir une intervention capillaire efficace et sans danger. En effet, plusieurs pays, la France inclus, propose un grand nombre de services liés à la greffe des cheveux. Néanmoins, compte tenu du prix déjà exorbitant de l’opération, il est légitime de vouloir mettre la priorité sur des cliniques pas cher mais qui offre le même résultat que chez nous. Dans ce sens, la Turquie se positionne comme étant le pays proposant le meilleur rapport qualité-prix de l’Europe.

Si toutefois vous hésitez toujours entre la Turquie et la France, voici un comparatif qui vous permettra d’avoir un regard d’ensemble sur les offres dans les deux pays.

Le facteur du prix

En France, se faire opérer par implant capillaire est un service qui n’est pas donné à tout le monde. Les cliniques en France proposent les services de chirurgie à des prix pouvant avoisiner près de 10.000 euros. En plus de cela, rares sont les cliniques qui fournissent une garantie sur la durabilité de l’opération. La consultation ainsi que le suivi sont aussi dans la plupart du temps payant. Il en va alors de soi que vous puissiez vous rabattre sur des offres moins chères. Et c’est là qu’intervient des pays comme la Turquie.

La Turquie, contrairement au pays comme la France ou les Royaumes Unis, a fait de la greffe des cheveux un moyen d’attraction des touristes. Depuis quelques années, une multitude de cliniques turques spécialisées dans la greffe des cheveux ouvrirent leur porte en proposant les mêmes services (et plus encore) à des prix extrêmement réduits. Les interventions en Turquie varient entre 1.300 euros et 5.000 euros au maximum. En plus de proposer des tarifs à des prix très bas, la majorité des cliniques turques, dans le but de rendre plus attractifs leur offre, fournissent aux clients des tarifs « all inclusive ». Ce genre de forfait actuellement en vogue en Turquie vous offre la possibilité de payer un tarif unique pour une panoplie de services proposé sous la forme de bouquet. Le bouquet peut prendre en compte des services comme :

  • L’hôtellerie ;
  • La mise à votre disposition de voiture et chauffeur ;
  • L’accès gratuit aux différents sites etc…

La qualité de la prestation fournie

Bien que fournissant des services pas chers comparés à la France, la Turquie reste l’un des pays à la pointe de la technologie en matière de chirurgie capillaire. Avec l’aide de l’état turc, les hôpitaux ont été équipés des dernières générations de matériaux chirurgicaux et les universités ont pu avoir les moyens nécessaires pour former des médecins compétents. Toutefois avec la forte croissance du nombre de clinique dans le pays, le domaine est confronté à l’ouverture de cliniques clandestins venant se mêler aux cliniques de qualité. Il est alors conseillé de bien vérifier que la clinique que vous choisirez a toutes les autorisations requises pour exercer.

Dans le même sens, la France met aussi un point d’honneur sur la qualité des services fournis par les cliniques du pays. Ainsi donc, n’importe qui ne peut exercer en France. Avant d’ouvrir leur porte, il est demandé à chaque cabinet de fournir les licences nécessaires faute de quoi ils devront fermer.

Le facteur tourisme qui attire de plus en plus

Même si le voyage n’est pas une partie de plaisir, les séjours dans les cliniques turques ont été penser pour vous faire penser plus à des vacances qu’à un voyage médical. Ainsi, en plus de pouvoir vous faire greffer des cheveux, vous pourrez aussi profiter de votre séjour pour visiter les différents sites touristiques de la ville. Une idée géniale si vous êtes accompagné de votre famille.

La France n’ayant pas fait du tourisme capillaire une priorité politique, il est difficile d’y faire accorder le facteur tourisme. Les cliniques de chirurgie capillaire ne fournissent même pas des tarifs alléchants pouvant permettre aux touristes ou aux habitants de choisir la France comme destination de choix pour leur greffe.  Sur cette page, vous pouvez trouver une bonne clinique de greffe de cheveux en Turquie.

Continue Reading

Santé

Césarienne extrapéritonéale : la solution pour ne plus souffrir à la suite d’une césarienne ?

Published

on

By

Césarienne extrapéritonéale

Fort heureusement, dans certaines circonstances, le recours à la césarienne est présent au moment de l’accouchement pour la santé de l’enfant et de la mère. Mais elle est une opération assez épuisante, les femmes peuvent mettre plusieurs semaines avant de se rétablir.

Cependant, une nouvelle méthode pointe le bout de son nez : la césarienne extrapéritonéale.

Définition de la césarienne extrapéritonéale

En fin de compte, cette méthode n’est pas si inédite. En effet, elle date déjà de 10 années. À l’instar de la césarienne classique, elle s’opère sous anesthésie. Néanmoins, à la différence des césariennes effectuées actuellement, l’incision est effectuée à la verticale et sur la gauche. Inciser à la verticale donne lieu à une ouverture dans le sens des fibres musculaires.

Moyen technique qui, a posteriori, facilite la période de convalescence de la maman. Ensuite, le médecin disjoint les deux muscles, ce qui permet de ne pas agir sur le péritoine (membrane qui tapisse les surfaces extérieures des organes). Dans l’utérus, il incise à nouveau, comme pour une césarienne classique, pour extirper le bébé.

Par ailleurs, l’anesthésiant est administré à petite dose pour éviter les effets secondaires comme des nausées, des vomissements ou encore des malaises. Au final, les intestins sont épargnés au cours de cette opération. Détail important quand on en a déjà subi les effets indésirables.

Différences avec une césarienne classique

Également nommée Cohen-Stark en référence aux deux médecins qui ont révélé cette méthode, la césarienne dite classique se pratique aujourd’hui depuis maintenant une vingtaine d’années. Elle comprend une incision à l’horizontale au niveau du bas-ventre. Puis, une autre incision sur l’aponévrose (membrane qui enveloppe et gaine les muscles).

À l’aide de ses doigts, l’obstétricien disjoint les muscles pour ensuite inciser le péritoine et rejoindre l’utérus et extirper le bébé. En définitive, avec cette technique, on recense davantage d’incisions et, par voie de conséquence, un temps plus élevé de cicatrisation. Sans oublier les multiples douleurs physiques pour la mère.

Au demeurant, la césarienne classique suscite chez les mères des sentiments de frustration : celui de ne pas avoir été actrice de cet événement et de ne pas profiter de son enfant dans l’instant (peau à peau). La césarienne extrapéritonéale permet aux femmes d’être actrices de leur accouchement au moyen du winner flow.

En soufflant dans un embout, les futures mamans contractent leurs muscles et entraînent plus facilement la sortie du nourrisson. Par ailleurs, le temps de cicatrisation est plus rapide, 3 jours pour la césarienne extrapéritonéale contre 6 pour une césarienne traditionnelle.

Continue Reading

Santé

Qu’est-ce que le peau à peau ?

Published

on

By

qu'est ce que le peau à peau

Le contact peau à peau est un moment à part entière pour les parents et le bébé. Il permet au nouveau-né de vivre en toute quiétude le passage de l’utérus de sa mère vers le monde extérieur. En outre, ce contact de peau à peau a des bienfaits aussi bien pour le nouveau-né que pour les parents.

Définition du peau à peau

Le peau à peau est recommandée pour le nouveau-né. C’est lorsque le bébé est posé nu (ou en couche) directement sur la poitrine de sa mère. Le père peut éventuellement remplacer sa compagne si elle n’est pas en état de le faire. Pendant ce moment privilégié, le nouveau-né perçoit la chaleur et les odeurs corporelles de sa mère ou de son père.

Ces ressentis éveillent chez le nourrisson des mouvements instinctifs à l’exemple de la prise de sein. En ce qui concerne la mère, elle sécrète de l’ocytocine, une hormone qui diminue le stress maternel. Ces deux phénomènes vont intensifier la relation entre l’enfant et son parent.

 

peau à peau bébé

Bienfaits pour le nouveau-né

Pendant le peau à peau, plusieurs effets sont notables chez le nouveau-né. Dans un premier temps, le peau à peau équilibre la température corporelle du nourrisson. Cette pratique stabilise la respiration du nouveau-né. En effet, il est moins sujet à des épisodes d’apnée et son rythme cardiaque s’en ressent également.

Le contact de peau à peau entre la mère et son enfant favorise l’allaitement. Le nouveau-né cherche automatiquement le sein de sa mère. C’est d’ailleurs la sécrétion d’ocytocine qui provoque l’écoulement de lait. Et pour finir, le peau à peau réduit les pleurs de l’enfant.

Cette pratique crée, en quelque sorte, un sentiment d’apaisement chez le nouveau-né.

Bienfaits pour les parents

Mais les bienfaits du peau à peau sont également marquants chez les parents. Tout d’abord, il améliore la récupération de la mère après son accouchement. Le peau à peau diminue le stress aussi bien chez le père que chez la mère. Par ailleurs, le peau à peau a une influence directe sur l’humeur de la personne et réduit considérablement les risques de dépression.

Les mamans qui ont effectué le peau à peau avec leur enfant ressentent davantage de confiance en elle pour prendre soin de leur nourrisson. Autrement dit, l’interaction entre l’enfant et son parent renforce le lien qui les unit.

Le peau à peau avec le père ou la mère a les mêmes bienfaits pour le nouveau-né.

Continue Reading

A la une